Château de Cayx vin de Cahors AOC
vinification vins visites tarifs
 
 

 
 
 
 
 
 

[ LES RECETTES DU PRINCE ]
[ MAISON ROYALE DE DANEMARK ]

 

Le prince consort Henrik de Danemark, d’origine française, est né Henri de Laborde de Monpezat.


En 1974, le fils aîné de la famille, Henri de Monpezat, devenu prince Henrik de Danemark par son mariage avec la princesse Margrethe de Danemark en 1967, achète le château de Cayx et son domaine, situés à proximité de la propriété familiale du Cayrou.
Il y entame une patiente restauration de la demeure et reconstitue l’ancien et prestigieux vignoble du château.


Les souverains danois aiment séjourner au château de Cayx chaque année. Leurs enfants, le prince héritier Frederik et le prince Joachim, viennent aussi y passer leurs vacances d’été avec leur famille.

Tous montrent un vif intérêt pour la viticulture et ce patrimoine familial. Les espoirs du vignoble de Cayx reposeront sur les épaules de la nouvelle génération en la personne du prince héritier.


De la littérature à la table.
La culture du vin n’est qu’une des passions du prince Henrik. Il consacre aussi beaucoup de son temps à la défense du patrimoine européen (S.A.R. le prince Henrik fut le président d’Europa Nostra de 1990 à 2007).
Il assure également la présidence de la Croix-Rouge danoise et celle du W.W.F. pour la défense des animaux.
Il est enfin l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels, des recueils de poèmes dont certains ont remporté des prix académiques à Paris, Strasbourg et Toulouse.
Le prince Henrik aime ainsi à perpétuer les traditions poétiques liées à l’histoire de son château de Cayx. On peut retenir ce quatrain de sa composition, en hommage à son domaine :

Cahors de Cœur
Des vins seigneurs
Du Lot la fleur
De Cayx l’honneur.

De la littérature à la table.

Gourmet et féru de traditions culinaires, le prince Henrik a retrouvé quelques très anciennes recettes. Avec imagination, il a également composé de nouvelles associations culinaires pour accompagner ses vins de Cayx.
Quelques-unes de ses recettes favorites – souvent servies à la table royale – ont été créées autour des produits du terroir : cèpes, truffes noires, foie gras de canard ou encore agneau des Causses.


Le vin de Cahors, une histoire de famille
Il a existé au cours de l’histoire de France de nombreuses familles Monpezat, dont les plus célèbres sont les Monpezat d’Agenais et les Monpezat de Quercy. Leurs baronnies étaient les plus importantes de la région entre les Xe et XVe siècles
.


Originaire de Navarre, la famille de Laborde conclut en 1648 une alliance avec les Monpezat : Jean de Laborde épouse Catherine d’Arricau, dame de Monpezat et héritière du fief. En mai 1655, les lettres d’anoblissement du roi Louis XIV confirment pour le couple le double nom de Laborde de Monpezat.
Issu de cette famille établie dans le Béarn, Aristide de Laborde de Monpezat, arrière-grand-père du prince Henrik de Danemark, deviendra maire de Pau entre 1876 et 1881.

En 1897, le nom de Monpezat est donné à l’une des rues de Pau, formant angle droit avec la rue Bernadotte. Curieuse coïncidence – ou signe du destin, comme le prince Henrik l’écrit dans son ouvrage Destin oblige (paru en 1996) : la reine Margrethe II de Danemark est une descendante du maréchal Bernadotte par sa mère, la reine Ingrid, née princesse de Suède.
Dans la dernière décennie du siècle, Henri de Laborde de Monpezat, grand-père du prince Henrik, émigre en Indochine et part à la conquête d’une nouvelle fortune. Entrepreneur hors du commun et administrateur doué, il bâtira un véritable empire agricole et industriel. Ses entreprises, situées au Tonkin et en Annam, se développent avec dynamisme et rapidité.

En 1902, Henri de Monpezat s’intéresse à la politique ; il est élu député au Conseil supérieur des colonies.
Infatigable pionnier, il fonde dans les années 1920 un journal, La Volonté Indochinoise, qui deviendra un grand quotidien de Hanoï.
Henri de Monpezat accomplit son œuvre en constituant un domaine agricole de plus 15 000 hectares de rizières et de plantations de caféiers, en construisant des filatures de coton et en ouvrant des mines de charbon.
En 1928, son fils cadet André, père du prince Henrik, vient s’établir auprès de lui et participe à ses activités.

Après le décès de leur père, en 1929, le jeune André et son frère doivent gérer et administrer les domaines et les entreprises. André se consacre également avec passion au quotidien, qu’il rebaptisera L’Entente.
Les aînés d’André de Monpezat, le prince Henrik et sa sœur Françoise, vivent leurs premières années dans les couleurs et les fastes de l’Indochine coloniale. Le prince Henrik passera son baccalauréat au lycée français d’Hanoï.

Il partage avec son père le goût de la chasse et des chevaux. Mais il s’intéresse aussi aux plantations, aux travaux d’irrigation, aux nouvelles méthodes d’exploitation mises en place par son père.

De sa vie en Indochine, le prince Henrik conservera un profond intérêt pour la culture et la philosophie chinoise et vietnamienne.

En 1955, la famille Monpezat quitte définitivement l’Indochine après le désastre de Diên Biên Phû, pour retrouver sa terre du Quercy à Albas, au cœur du terroir de Cahors.
Là, André de Monpezat développe son propre vignoble et transmet à ses enfants le goût et la passion de la viticulture.
En 1946, il est l’un des fondateurs de la cave coopérative de Parnac, qui s’attache à redonner son prestige au vignoble de Cahors. Il existe encore aujourd’hui une marque commercialisée du nom de « Comte André de Monpezat ».


 
 

Le père du prince Henrik, le comte André de Monpezat, rappelle quelques anecdotes à propos des vendanges dans le Lot : sur les coteaux du Quercy, au XIXe siècle, après avoir vidé, en bas du rang, leur panier plein de grappes, les vendangeurs le remontaient empli de terre ! Cette lutte acharnée contre l’érosion prit momentanément fin en 1880, le phylloxéra ayant dévasté le vignoble.

Le comte André de Monpezat, père du prince Henrik, lors d'un chapitre de la confrérie du vin de Cahors dont il était membre d'honneur..
Fermer

S.A.R. le prince Henrik et son fils le prince Joachim, lors des premières vendanges du château de Cayx.

 
Fermer
Fermer
Fermer
Fermer